Votre fils ou fille sur la route avec votre voiture… Quid de votre assurance ?

Par défaut

Votre fils ou fille a son permis de conduire et circule donc de temps à autre avec votre voiture et/ou celle de votre conjoint. Est-ce possible sans autre formalité ou faut-il tout de même faire attention ? Voyons ce qui importe à votre niveau.

Un conducteur supplémentaire

Couvert comme «conducteur occasionnel» ? Si un ami, votre frère ou votre père conduit de temps à autre votre voiture, votre assurance auto le couvre à titre de «conducteur occasionnel». Sans surprime.

Valable pour vos enfants aussi ? Cela dépend. Un enfant qui ne cohabite plus avec vous et prend de temps à autre votre voiture, est alors aussi un tel «conducteur occasionnel». Cela peut être différent s’il circule souvent avec elle.

Les assureurs font des difficultés.De plus en plus… Si votre fils vient p.ex. d’avoir son permis et a quelque chose de sérieux avec votre voiture sur la route, vous risquez de voir votre assureur se retourner contre votre fils et/ou vous. En effet, vous devez lui communiquer toute augmentation du risque, en toutes circonstances (Cass., 06.10.2012) . Et le fait que votre fils commence à conduire votre voiture ou celle de votre conjoint en est une…

À communiquer à votre assureur ?

Oui ! Vous feriez bien de le faire, en tout état de cause. Ainsi, vous donnez en effet à votre assureur l’occasion d’évaluer ce «risque augmenté». Et éventuellement d’adapter sa prime, hélas…

Il se sert régulièrement de votre voiture ? Toute la discussion portera sur ce point. Si vous indiquez p.ex. que la voiture est celle dont votre conjoint se sert pour aller à son travail en semaine et que votre fils ne s’en servira que de temps à autre le week-end, votre assureur sera peut-être prêt à le reprendre comme conducteur «occasionnel» ou «régulier» et à vous maintenir, votre conjoint et/ ou vous, comme (seul) conducteur «principal».

Conducteur principal lui aussi ? Si votre fille étudie à Namur et se rend chaque semaine à son kot dans cette ville, alors que votre conjoint ne s’en sert plus que le week-end, votre fille deviendra aussi le conducteur principal du véhicule.

Attention 1 ! Si vous avez indiqué votre enfant comme «conducteur occasionnel» au départ, vu qu’il ne roulait pas encore souvent (permis provisoire p.ex.), n’oubliez pas de dire ensuite que c’est surtout lui qui utilise le véhicule.

Attention 2 ! Face à un gros sinistre, les assureurs recherchent s’il n’y aurait pas de conducteur principal non déclaré, p.ex. au départ du nombre de trajets respectifs de votre conjoint/vous et votre enfant et/ou des «trajets fixes» de votre enfant.

Quel coût supplémentaire ?

Une surprime ? Qui dit risque accru, dit souvent prime plus élevée. Vous vous en tireriez à bon compte avec une augmentation de 20 %.

Directement sa voiture ? En principe, ce sera encore bien plus cher. Étant un jeune conducteur (moins de 23 ans), votre enfant paiera le double de vous pour une assurance auto à son nom. Et bien plus si la voiture est sportive, un cabriolet et/ou un véhicule d’une puissance supérieure à 66 kW…

Une remise ensuite, vu l’expérience ! Si vous indiquez de suite à votre assureur que votre enfant a eu un permis (provisoire), le compteur de «l’expérience de conduite» tournera déjà chez votre assureur. Plus votre enfant circulera avec votre voiture sans accident, plus faible sera la prime qu’il aura à payer ensuite pour sa propre police. Une économie de 300 à 500 € par an…

Si un de vos enfants, cohabitant, a son permis, signalez ce «risque accru» à votre assureur. Vous risquez sinon de le voir se retourner contre vous ensuite. En circulant longtemps sans accident avec votre voiture, votre enfant bénéficiera ensuite d’une belle remise quand il prendra plus tard une police à son nom.

Source : astucesetconseils.be

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *